Mal faire, dire vrai: Fonction de l'aveu en justice - cours de Louvain, 1981 par Michel Foucault

Mal faire, dire vrai: Fonction de l'aveu en justice - cours de Louvain, 1981

Titre de livre: Mal faire, dire vrai: Fonction de l'aveu en justice - cours de Louvain, 1981

Éditeur: Presses universitaires de Louvain

ISBN: 287558040X

Auteur: Michel Foucault


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Michel Foucault avec Mal faire, dire vrai: Fonction de l'aveu en justice - cours de Louvain, 1981

Aux mois d'avril et de mai 1981, Michel Foucault prononce un cours qu'il intitule Mal faire, dire vrai. Fonction de l'aveu en justice. Il y poursuit l'élaboration de la notion de gouvernement par la vérité, introduite en janvier 1979 dans La naissance de la biopolitique puis reprise en janvier 1980 dans Le gouvernement des vivants pour donner un contenu positif et différencié à la notion de savoir-pouvoir et opérer par rapport à celle d'idéologie dominante un second déplacement. Le cours est la trace d'un engagement militant : le fruit de l'alliance nouée avec des juristes radicaux, sous l'égide de l'École de criminologie de l'Université catholique de Louvain, à l'occasion d'un projet de révision du code pénal en vigueur en Belgique. Adressé à un public de juristes et de criminologues, il replace l'analyse du développement de l'aveu pénal dans l'histoire plus générale des technologies du sujet et examine diverses techniques par lesquelles l'individu est amené, soit par lui-même, soit avec l'aide ou sous la direction d'un autre, à se transformer et à modifier son rapport à soi. D'entrée de jeu, Michel Foucault annonce que le problème qui l'occupe a deux aspects. Politique : « savoir comment l'individu se trouve lié, et accepte de se lier au pouvoir qui s'exerce sur lui ». Philosophique : « savoir comment les sujets sont effectivement liés dans et par les formes de véridiction où ils s'engagent ». Ainsi conçues, les leçons peuvent se lire comme une suite donnée à Surveiller et punir ou comme une première esquisse de l'analyse de la parrêsia et des formes alêthurgiques développée dans Le courage de la vérité. Avec le sujet avouant, ce n'est pas seulement le thème du dire vrai qui est introduit.

Livres connexes

Aux mois d'avril et de mai 1981, Michel Foucault prononce un cours qu'il intitule Mal faire, dire vrai. Fonction de l'aveu en justice. Il y poursuit l'élaboration de la notion de gouvernement par la vérité, introduite en janvier 1979 dans La naissance de la biopolitique puis reprise en janvier 1980 dans Le gouvernement des vivants pour donner un contenu positif et différencié à la notion de savoir-pouvoir et opérer par rapport à celle d'idéologie dominante un second déplacement. Le cours est la trace d'un engagement militant : le fruit de l'alliance nouée avec des juristes radicaux, sous l'égide de l'École de criminologie de l'Université catholique de Louvain, à l'occasion d'un projet de révision du code pénal en vigueur en Belgique. Adressé à un public de juristes et de criminologues, il replace l'analyse du développement de l'aveu pénal dans l'histoire plus générale des technologies du sujet et examine diverses techniques par lesquelles l'individu est amené, soit par lui-même, soit avec l'aide ou sous la direction d'un autre, à se transformer et à modifier son rapport à soi. D'entrée de jeu, Michel Foucault annonce que le problème qui l'occupe a deux aspects. Politique : « savoir comment l'individu se trouve lié, et accepte de se lier au pouvoir qui s'exerce sur lui ». Philosophique : « savoir comment les sujets sont effectivement liés dans et par les formes de véridiction où ils s'engagent ». Ainsi conçues, les leçons peuvent se lire comme une suite donnée à Surveiller et punir ou comme une première esquisse de l'analyse de la parrêsia et des formes alêthurgiques développée dans Le courage de la vérité. Avec le sujet avouant, ce n'est pas seulement le thème du dire vrai qui est introduit.Aux mois d'avril et de mai 1981, Michel Foucault prononce un cours qu'il intitule Mal faire, dire vrai. Fonction de l'aveu en justice. Il y poursuit l'élaboration de la notion de gouvernement par la vérité, introduite en janvier 1979 dans La naissance de la biopolitique puis reprise en janvier 1980 dans Le gouvernement des vivants pour donner un contenu positif et différencié à la notion de savoir-pouvoir et opérer par rapport à celle d'idéologie dominante un second déplacement. Le cours est la trace d'un engagement militant : le fruit de l'alliance nouée avec des juristes radicaux, sous l'égide de l'École de criminologie de l'Université catholique de Louvain, à l'occasion d'un projet de révision du code pénal en vigueur en Belgique. Adressé à un public de juristes et de criminologues, il replace l'analyse du développement de l'aveu pénal dans l'histoire plus générale des technologies du sujet et examine diverses techniques par lesquelles l'individu est amené, soit par lui-même, soit avec l'aide ou sous la direction d'un autre, à se transformer et à modifier son rapport à soi. D'entrée de jeu, Michel Foucault annonce que le problème qui l'occupe a deux aspects. Politique : « savoir comment l'individu se trouve lié, et accepte de se lier au pouvoir qui s'exerce sur lui ». Philosophique : « savoir comment les sujets sont effectivement liés dans et par les formes de véridiction où ils s'engagent ». Ainsi conçues, les leçons peuvent se lire comme une suite donnée à Surveiller et punir ou comme une première esquisse de l'analyse de la parrêsia et des formes alêthurgiques développée dans Le courage de la vérité. Avec le sujet avouant, ce n'est pas seulement le thème du dire vrai qui est introduit.