ANASTASIA ou comment se débarrasser d’une invitée indésirable par Per Amann

ANASTASIA ou comment se débarrasser d’une invitée indésirable

Titre de livre: ANASTASIA ou comment se débarrasser d’une invitée indésirable

Éditeur: Amann Thomas

Auteur: Per Amann


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Per Amann avec ANASTASIA ou comment se débarrasser d’une invitée indésirable

Introduction

ANASTASIA* ou comment se débarrasser d’une invitée indésirable à été écrit par mon défunt père, Per Amann, qui était ce que l’on peut appeler un anarchiste anti-conformiste qui se qualifiais de « Jesaistoulogue autodiplômé et de Demerdologue certifié ». Si vous cherchiez un livre satirique en attendant votre cancerologue et bien vous l’avez trouvé !
Note de l’auteur

Roman ?

Anastasia est une histoire vécue.
J'ai dû inventer un peu, forcément… pour ménager des susceptibilités, ne pas réveiller des rancoeurs.
Ce que je n'ai pas inventé, je l'ai vécu au plus profond de moi.
J'ai inventé quelques personnages pour les faire vivre avec les vrais, celles et ceux qui ont fait partie de cette drôle d'histoire.
J'ai mis tout ce petit monde à côté de chez vous.
Qu'est-ce qui est vrai ? Qu'est-ce qui est faux ?
Peu importe, finalement…
La vie n'est qu'un roman.
Alors va pour Roman.
J'espère que le mien vous amusera, qu'il vous fera rire, pleurer, réfléchir.
En fait… je l'ai écrit pour vous et pour moi.
L'écriture ça libère de la bêtise, des idées préconçues et des peurs.













"Qu'est-ce donc que mourir si ce n'est s'offrir nu au vent et s'évaporer au soleil? Et qu'est-ce donc que cesser de respirer si ce n'est se libérer du souffle de ses perpétuelles marées, afin de s'élever sans le poids de la chair et de s'exhaler à la recherche de Dieu ? Lorsque vous aurez bu à la rivière du silence, alors seulement vous pourrez véritablement chanter. Et quand vous aurez atteint le sommet de la montagne, vous commencerez à monter. Et dès lors que la terre aura réclamé votre corps, vous saurez enfin danser”.

Khalil Gibran